Quels Sont les Types de Boxe les moins Répandus ?

Quels Sont les Types de Boxe les moins Répandus ?

Il existe de nombreux styles de boxe. Parmi les plus connus, on peut citer la savate boxe française, la boxe anglaise, le kickboxing et la boxe thaï. Mais il y a aussi les styles et techniques moins répandus, comme : la boxe birmane, la boxe chinoise et le shadow boxing.

Ces quelques lignes mettent en lumière ces boxes moins connues du grand public mais qui occupent une place de choix dans le monde des sports de combat et son développement.

Type de boxe : Qu’est-ce que le shadow boxing ?

Le shadow boxing est une technique commune à tous les styles de boxe. Le principe est de réaliser des mouvements dans le vide, en somme une sorte de simulation. Il est indispensable pour progresser dans la pratique de la boxe et ce peu importe le style.

Comment faire du shadow ?
L’avantage du shadow boxing, la boxe dans le vide, c’est qu’on peut vérifier la précision des mouvements.

Comment faire du shadow boxing ?

Ci-dessous quelques conseils pratiques pour faire du shadow boxing :

  1. Se positionner devant le miroir : le concept est de réaliser les mouvements de boxe face au miroir afin d’avoir une meilleure visualisation de son corps,
  2. Porter des gants : même si le shadow boxing est un simple exercice d’entraînement, il est conseillé de porter ses gants pour s’habituer au mieux à leur poids lors de combat,
  3. Imaginer un adversaire face à soi : cela permet de placer correctement ses coups de poing et ses jeux de pieds,
  4. Se détendre : la détente et le relâchement de soi sont très importants dans la pratique du shadow boxing. Avec la détente, il est plus simple de réaliser des mouvements fluides.

Si faire du shadow boxing est compliqué dans un premier temps, regardez des vidéos tutoriels pour vous inspirer.

Pourquoi faire du shadow boxing ?

Nette amélioration des techniques de boxe, gain de temps, nombreuses sont les bonnes raisons de faire du shadow boxing.

  • Un entraînement sans risque de blessure : c’est un entraînement fictif sans réel adversaire face à soi, les risques de blessure sont nuls,
  • Pour améliorer sa défense : il permet non seulement d’améliorer ses techniques de défense, mais aussi de revoir en profondeur ses tactiques offensives,
  • Un exercice d’entraînement facilement ajustable : le shadow boxing s’adapte à tous les niveaux, débutants comme professionnels,
  • Pour améliorer ses déplacements : en imaginant un adversaire fictif lors du shadow boxing, il est simple de mettre en place sa chorégraphie de déplacement.

Floyd Mayweather, Joe Frazier ou encore Mohammed Ali, autant de grands noms qui se sont tous exercés au shadow boxing !

Type de boxe : Qu’est-ce que la boxe américaine ?

Aussi connue sous le nom de full contact, la boxe américaine est un style de boxe pieds poings. Elle puise ses principales inspirations dans le karaté, le taekwondo, la savate boxe française et la boxe anglaise.

Les débuts de la boxe américaine

Cette variante de la boxe est né d’un désir de faire évoluer le karaté vers une toute autre discipline.

La boxe américaine réunit à ses débuts des fans de karaté qui souhaitent mettre en place un sport de combat qui s’inspire de la boxe, mais avec plus de contact avec son adversaire ; d’où le full contact.

Bruce Lee figure parmi les principaux précurseurs de cette boxe. C’est en 1974 que la cote de popularité du full contact commence à grimper.

La boxe américaine compte 4 classes de catégorie, à savoir :

  • classe C : Honneur,
  • classe B : Espoir,
  • classe A : Elite,
  • classe A : professionnel.

Un boxeur ayant atteint la classe A professionnel ne peut plus régresser en classe amateur.

Comment se déroule un combat de full contact ?

La présence d’un arbitre est obligatoire lors d’un combat de boxe américaine.

Les combats officiels se déroulent sur un ring.

  • La durée du combat : la classe, la catégorie d’âge et le genre de compétition déterminent la durée du combat. En général, il s’étale sur 3 à 5 rounds de 2 minutes chacun, avec un repos d’une minute entre chaque round,
  • La présence de juges : on distingue les juges de table et les juges de pieds lors d’un combat. Les juges de table ont pour rôle de noter les combattants après chaque round, tandis que les juges de pieds comptabilisent les coups de pied valides.

Lors d’un combat de boxe américaine, chaque combattant doit lancer 8 coups de pieds valides. Le combattant qui n’a pas rempli ce quota peut se voir disqualifié.

Les interdictions en boxe américaine

Ci-dessous quelques interdictions lors de rencontre en low kick en full contact :

  • Les coups à la tête, à l’arrière de la tête, dans le dos,
  • Les coups de genou,
  • Les coups en-dessous de la ceinture,
  • Porter des coups quand l’adversaire est au sol.

Il est aussi interdit pour les combattants de s’huiler le corps excessivement.

Type de boxe : Qu’est-ce que la boxe chinoise ?

C’est dans les années 1920 que le sanda ou la boxe chinoise a vu jour.

Cette variante de la boxe a été crée spécialement par et pour l’armée chinoise afin de perfectionner ses techniques de combat. Un sport de combat à part entière qui permettrait aux forces armées de se défendre et de se battre, même sans armes. La principale inspiration du sanda / boxe chinoise est le kung fu.

Évolution de la boxe chinoise

Il est important de noter la différence entre le sanda et la boxe chinoise que l’on connaît aujourd’hui.

La version qu’on connaît aujourd’hui est une discipline sportive à part entière, tandis que le sanda militaire est tout autre. C’est au cours des années 1960 que la boxe chinoise obtient son titre de sport de combat.

Avant cela, la version de base autorisait les coups de coude, les blocages d’articulations ou encore les étranglements. On compare souvent la boxe chinoise au kick boxing et à la boxe thaï.

Les coups et techniques en boxe chinoise

Ci-dessous les principales catégories d’attaque en sanda boxe chinoise :

  • Ti : ce sont les coups de pied et les coups de jambe,
  • Da : cela veut tout simplement dire « frapper », le terme englobe les coups de poing,
  • Shuai : cela signifie projeter,
  • Na : qui veut dire attraper.

On note aussi les blocages et les parades dans la boxe chinoise. Technique, précision et puissance sont les points de développement majeur pour exceller dans la discipline.

Quand on parle de boxe chinoise, il est important de distinguer :

  • Le sanda light : où les coups sont plus légers, il n’y a pas de K.O en sanda light,
  • Le sanda classique : où les coups sont plus puissants et les K.O autorisés.

En somme, le sanda light est destiné au divertissement et au loisir, alors que le sanda classique est un art martial de compétition.

Type de boxe : Qu’est-ce que la boxe birmane ?

Appelée boxe birmane ou lethwei, c’est l’un des rares sports de combat qui autorisent les coups de tête.

Cette particularité lui vaut aujourd’hui encore de nombreuses critiques dans le monde de la boxe. Selon la tradition et la culture birmane, le lethwei est l’art des 9 membres. Plus précisément on y utilise l’ensemble du corps : pieds, poings, genoux, coudes, tête, jambes, etc., tout est permis.

Pratiques et techniques en boxe birmane

Pour comprendre le lethwei, il faut connaître les points suivants :

  • Le principal objectif est de toucher son adversaire,
  • Les parties du corps utilisées sont considéré comme des armes,
  • Il y a trois distances de combat, soit : le corps à corps, la distance moyenne et la distance longue.

Ce sont les techniques traditionnelles enseignées aux guerriers birmans.

Il faut savoir que la pratique de la boxe birmane est très différente en France, elle n’est pas celle qu’on connaît au Myanmar.

En France, il est strictement interdit :

  • De donner des coups de tête,
  • De faire des progressions tête en avant,
  • De frapper au niveau des parties sensibles du corps,
  • De frapper un adversaire au sol ou en train de se relever,
  • De se laisser tomber sur son adversaire lorsqu’il est au sol.

Un combat de boxe birmane se déroule en 2 à 3 rounds où on compte 2 à 3 minutes de repos entre chaque round.

Type de boxe : Qu’est-ce que le MMA ?

Le MMA ou Mixed Martial Arts est un sport de combat qui réunit différents types d’arts martiaux. Dans les grandes lignes, c’est une discipline qui s’aligne avec la boxe, avec comme inspirations principales : la boxe thaï et la boxe anglaise.

Un entraîneur de sport coach une jeune femme sur le ring.
« Champion de MMA, je suis aussi coach de boxe anglaise ! »

L’histoire du MMA

L’histoire raconte que le principal ancêtre du MMA est le type de combat antique grec du nom de pancrace. Bien que le MMA soit connu dans le reste du monde, les débuts médiatiques se sont faits aux États-Unis dans les années 1980-90.

Quand on parle MMA, il faut aussi évoquer les termes suivants : vale tudo, free fight et no holds barred.

Il s’agit d’une discipline qui alimente énormément de polémiques, c’est pourquoi le MMA de compétition a longtemps été interdit en France.

Aujourd’hui les compétitions sont autorisées et sont pour le moment régis par la fédération nationale de boxe.

Pratiques et techniques en MMA

Ci-dessous les coups autorisés en MMA :

  • Clés de bras,
  • Clés d’épaule,
  • Coups de poing,
  • Coups de pied,
  • Coups de coude,
  • Coups de genou,
  • Prises au sol.

Il faut savoir que la majorité de ces coups sont strictement interdits dans les autres variantes de boxe.

Pour ce qui est des coups interdits, en MMA il est prohibé :

  • De mordre l’adversaire,
  • D’asséner des coups à la nuque,
  • De faire des slams de soumission,
  • De projeter l’adversaire sur la tête,
  • De crever l’œil de son adversaire,
  • De porter des coups dans les parties génitales.

Le fait que le MMA soit un style de combat libre est la principale raison pour laquelle il se fait critiquer de toute part. Le meilleur conseil qu’on puisse donner à quelqu’un qui souhaite se lancer dans cette discipline est tout de se tourner vers un coach spécialiste en free fight combat libre.

Les commentaires sont clos.