Quelle est l’Histoire de la Natation ?

Quelle est l’Histoire de la Natation ?

Vous faites peut-être partie des 190 millions de personnes (selon les données de la MAP24) à pratiquer la natation à travers le monde ? Saviez-vous que l’histoire de la natation est très riche, tout comme le football, le tennis, le cyclisme ou toute autre discipline sportive ?

Nous vous invitons à découvrir les choses à savoir sur la natation, son histoire et les techniques de nage. Et croyez-nous, certains faits historiques risquent de vous surprendre.

Histoire de la natation : des origines préhistoriques ?

Il est possible que nos ancêtres aient été capables de nager dès la Préhistoire.

Une famille saute dans l'eau à la maison.
Si se baigner semble anodin aujourd’hui, c’est une pratique tout à fait récente dans l’histoire de la natation !

Bien entendu, aucun document n’atteste cela. Mais dans l’ouvrage « Le sport aux temps préhistoriques, mythe ou réalité ? », les paléoanthropologues Français Jean-Louis Heim et Jean Granat ont affirmé que nos ancêtres du genre Homo ont évolué principalement dans des zones plus ou moins dégagées, en lisière de forêts et à proximité de points d’eau.

Selon ces experts, pour survivre, ils devaient avant tout être des marcheurs agiles, des coureurs efficaces, des grimpeurs habiles, peut-être même des nageurs. Mais vers -4 500 avant Jésus-Christ, les prémices de la natation comme disciplines sont perceptibles dans les civilisations grecque, égyptienne, romaine et assyrienne.

Des preuves archéologiques suggèrent que les Grecs, en particulier, considéraient la natation comme une compétence indispensable. Ils axaient souvent l’apprentissage de la natation sur des objectifs militaires.

On est encore loin de la natation comme épreuve aux Jeux Olympiques, mais à en croire les nombreuses mosaïques représentant les romains nager la brasse, il y aurait eu des compétitions de natation dans la Rome antique, notamment au Colisée.

L’écrivain romain Suétone raconte dans ses récits qu’Agrippine, la mère de l’empereur Néron, se serait sauvée d’un naufrage en parcourant de nombreux kilomètres à la nage.

Au 1er siècle avant notre ère, apparaissent les premiers thermes ayant vocation à accueillir du public, et ceux-ci se répandent rapidement dans tout l’Empire romain.

Le bassin et les thermes deviennent des lieux privilégiés dans la vie romaine.

L’histoire de la natation au Moyen Âge

Si les bienfaits de la natation sont aujourd’hui présents dans toutes les têtes, ce n’était pas le cas à l’époque féodale.

Au Moyen Âge, fréquenter les bains était tout simplement un loisir, une manière de se relaxer. Les bains publics étaient courants à cette époque. On voyait aussi cette discipline comme une compétence militaire utile, en particulier pendant les croisades. En revanche, certains médecins médiévaux recommandaient la pratique de la natation comme traitement médical.

L’apprentissage de la natation se développe malgré tout car elle fait partie de la formation des chevaliers : savoir nager pour un chevalier est vital au Moyen-Âge.

Mais dans certaines sociétés médiévales, on associait la natation à des pratiques païennes.

Certains textes religieux la déconseillaient même, en partie à cause de l’idée que le corps devait être préservé dans son état originel après le baptême. Cependant, certains moines la pratiquaient, souvent à des fins utilitaires.

Au cœur du Moyen Âge, dans le monastère bénédictin de Saint-Aquatics, frère Alphonsus se trouve confronté à une mission urgente : récupérer des herbes médicinales de l’autre côté de la rivière, le pont ayant été emporté par une tempête.

Malgré les préceptes religieux qui découragent la natation, frère Alphonsus, qui connaît la nage, décide de se mettre à l’eau pour accomplir la mission.

Il traverse alors la rivière, récupère les herbes et revient sain et sauf. L’exploit de frère Alphonsus conduit d’autres moines à considérer la natation comme une compétence nécessaire, défiant les préjugés de l’époque.

Au Japon, la natation devient une discipline sportive au programme scolaire par un édit impérial de 1603. On commence alors à parler de la natation comme un « art de la nage ».

L’histoire de la natation durant la Renaissance

La Renaissance a vu l’intégration de l’instruction en natation à l’éducation de base au sein des familles respectables.

À Rome, les citoyens ont alors commencé à apprendre différents types de nage dès leur enfance.

Les membres de la noblesse et de l’aristocratie, en particulier, considéraient important d’être bien éduqués dans différents domaines, y compris dans les activités physiques.

En 1570, à l’âge de neuf ans, le roi Charles IX de France participa à un événement mémorable lors d’une fête à la cour.

Il impressionna l’assemblée en dévoilant ses talents en natation dans une fontaine spécialement aménagée.

Cette démonstration fut saluée comme un exemple de son éducation bien équilibrée.

L’ouvrage de Nikolaus Wynmann, intitulé « Der Schwimmer oder ein Zwiegespräch über die Schwimmkunst » (Le nageur ou un dialogue sur l’art de nager), publié en 1538 en Allemagne, encourageait l’apprentissage de la natation. Ce livre était destiné à un public éduqué et soulignait les bienfaits de la natation pour la santé, le plaisir et la distinction sociale.

De 1701 à 1900, la natation comme discipline sportive

C’est dans les pays anglo-saxons que la natation émerge à l’époque contemporaine.

En effet, la National Swimming Association voit le jour en 1837 à Londres.

Cet établissement se chargeait de promouvoir la natation en tant que sport et a organisé les premières compétitions de natation sportive en Europe. Les compétitions de natation en eau libre, comme les courses en rivière et en mer, sont alors devenues très populaires en Angleterre.

Outre cela, les techniques de natation ont évolué.

Au début de cette période, la technique de nage principale était la brasse.

Cela ne nous étonne pas puisque la brasse est la première technique de natation que l’on acquiert tous. Cependant, au fur et à mesure que le temps avançait, d’autres styles de nage, comme le crawl et le dos crawlé, ont été adoptés dans les compétitions.

Les premières règles standardisées pour la natation ont été établies au XIXe siècle.

En 1844, deux nageurs de la Seine ont proposé des règles qui ont servi de base pour les compétitions ultérieures.

En 1846, l’Australie invente le premier championnat de natation moderne, en 1846. En 1858, soit 12 ans plus tard, la première course internationale de natation a lieu à Melbourne : c’est le championnat du monde de natation, remporté par un Australien.

En 1873, la National Swimming Association a été fondée en Grande-Bretagne. Et elle a établi des règles formelles pour les compétitions.

Enfin, en 1869, la Grande-Bretagne dote la natation d’une reconnaissance officielle en créant la première fédération des clubs de natation, à Londres.

L’objectif ?

Codifier les règles de la natation.

La natation a été intégrée aux Jeux Olympiques modernes lors de la première édition à Athènes en 1896.

Les épreuves comprenaient la nage libre et la nage avec obstacles.

Les épreuves olympiques, à leurs débuts, étaient exclusivement destinées aux hommes. Les femmes ont dû patienter jusqu’aux Jeux Olympiques de Stockholm en 1912 pour pouvoir participer.

L’Australie et l’Angleterre sont donc deux pays pionniers de l’histoire de la natation dans le monde.

D’ailleurs, ces deux pays ont vu naître plusieurs sportif s’étant hissés parmi les nageurs les plus célèbres du monde.

Dans le domaine de la natation, les concurrents utilisaient principalement le crawl ou la brasse lors des premiers Jeux olympiques.

L’histoire de la natation en France à l’époque contemporaine

L’histoire de la natation en France n’a débuté qu’en 1898 avec son introduction depuis l’Angleterre.

Les premières manifestations étaient des événements de grande envergure organisés par des magazines. A titre d’illustration, le journal « Le Vélo » a parrainé la compétition sur la Seine à Paris, en France, en 1898.

Le premier club français, la Société des Nageurs du Havre, a été créé la même année, et en 1899, l’USFSA a intégré la natation en organisant les premiers championnats de France.

En 1920, la Fédération Française de Natation a vu le jour.

Et cela a marqué un tournant dans l’organisation de ce sport en France. En 1900, on a inclus la natation pour la première fois aux Jeux olympiques de Paris.

Et dans les années 1960-1970, l’introduction de nouvelles techniques, comme le crawl australien, a révolutionné la compétition. Ainsi, la natation en France a connu une évolution significative au fil des ans.

L’évolution des règles de la natation à travers l’histoire

Les règles de la natation contemporaine ont bien évolué et ne sont plus les mêmes que par le passé.

Une jeune nageuse s'amuse dans un bassin.
Les bienfaits de la natation sportive sont nombreux mais ça ne fait pas des siècles qu’on la reconnaît comme un sport !

A titre d’illustration, actuellement, lors d’une compétition, le nageur doit effectuer un plongeon élégant et contrôlé dans l’eau.

Dans le passé, il n’y avait pas de règles strictes autour du plongeon initial. À part cela, on a par le passé autorisé l’utilisation de combinaisons en polyuréthane, ce qui a influencé la traînée dans l’eau.

Mais ultérieurement, ces combinaisons ont été interdites pour maintenir l’équité entre les nageurs compétiteurs.

De nos jours, des critères exigeants déterminent la posture corporelle idéale et l’inclinaison précise lors de la plongée.

L’univers de la natation s’épanouit avec une diversité de matériaux spécialisés, des piscines aux dimensions variées, une gamme étendue de méthodes d’entraînement, et des techniques de nage constamment perfectionnées.

Quant aux Jeux Olympiques, ils continuent d’être le moment chaud du calendrier de la natation.

Ils mettent toujours en vedette des compétitions de haut niveau. D’ailleurs, c’est toujours une occasion pour les nageurs de briller sur la scène mondiale. Des nageurs emblématiques tels que Michael Phelps ont émergé au XXIe siècle.

Qui battra un record aux Jeux Olympiques de Paris 2024 ?

Histoire de la natation : les grandes dates à retenir

Voici quelques-unes des grandes dates à retenir dans l’histoire de la natation :

  • 1896 : Introduction de la natation aux Jeux Olympiques d’Athènes, avec des épreuves de nage libre et de nage dos,
  • 1904 : L’introduction de la nage papillon aux Jeux Olympiques de Saint-Louis,
  • 1922 : Johnny Weissmuller établit le premier record du monde du 100 mètres nage libre en moins d’une minute,
  • 2008 : Michael Phelps remporte huit médailles d’or aux Jeux Olympiques de Pékin,
  • 2000-2010 : Michael Phelps devient le nageur le plus médaillé de l’histoire des Jeux Olympiques,
  • 2000 : Introduction de l’épreuve de 10 km en eau libre aux Jeux Olympiques de Sydney,
  • 2013 : Les Championnats du monde de natation ont eu lieu à Barcelone, en Espagne,
  • 2015 : Les Championnats du monde de natation ont eu lieu à Kazan, en Russie,
  • 2017 : Les Championnats du monde de natation ont eu lieu à Budapest, en Hongrie,
  • 2019 : Les Championnats du monde de natation ont eu lieu à Gwangju, en Corée du Sud,
  • 2021 : Les Jeux olympiques d’été de 2020 ont eu lieu à Tokyo, au Japon, avec des épreuves de natation,
  • 2022 : Lors des championnats du monde à Budapest, Léon Marchand remporte trois médailles, dont deux titres et une médaille d’argent. L’équipe de France totalise 11 médailles au total, avec 8 en natation, 2 en eau libre et 1 en plongeon,
  • 2022 : Limoges accueille les Championnats de France de natation,
  • 2023 : Aux mondiaux de Fukuoka, Léon Marchand devient triple champion du monde,
  • 2024 : épreuves de natation aux Jeux Olympiques de Paris,
  • 2024 : Doha, Qatar, est le lieu des championnats du monde de natation.

Actuellement, la natation continue d’incarner un sport dynamique. Et les championnats du monde de natation 2024 à Doha, du 2 au 18 février, s’annoncent comme une nouvelle page palpitante dans cette histoire aquatique déjà riche !

Les commentaires sont clos.